Prochain Petit-Déjeuner du Club Pays Entreprises

Publié le par Cadres Sans Frontières

Chers Adhérents,

Nous vous invitons à participer au prochain petit-déjeuner du Club Pays Entreprises, le délégué en Rhône-Alpes du Club des Exportateurs de France.

Votre inscription doit nous parvenir avant le 4 avril par mail à csfra@hotmail.com 

Espérant vous rencontrer à nouveau à cette occasion,

Très cordialement,

L'équipe

undefined

Publié dans Club Pays Entreprises

Partager cet article

Participez aux Assises de l'International !

Publié le par Cadres Sans Frontières

La CCI de Lyon organise les Assises de l'International le Jeudi 20 mars 2008 à 16h30, sous le haut patronage de Mr hervé NOVELLI, Secrétaire d'Etat chargé des entreprises et du Commerce Extérieur.

Pour la première fois à Lyon, les Assises de l'International ont pour objectif d'être 100% utiles aux PME : 
- en clarifiant l'offre d'accompagnement à l'international,
- en favorisant le partage des bonnes pratiques
- en rassemblant et fédérant les acteurs

Pour participer : Programme et Inscription gratuite en cliquant ici.

Publié dans Evènements

Partager cet article

L'âge d'or des cadres est-il de retour ?

Publié le par Cadres Sans Frontières

Article paru dans la Tribune, qu'il nous semble intéressant de diffuser.

L'âge d'or des cadres est-il de retour ?
Depuis trois ans en France, les embauches de cadres, débutants et confirmés, sont en forte croissance : l'Apec prévoit entre 200.000 et 219.000 recrutements pour cette année, soit sensiblement plus que le dernier record de l'année 2000. Échappant aux effets récessifs de la désindustrialisation, ils sont recrutés aux deux tiers dans les activités de services.

Laurent Choain, directeur des ressources humaines du groupe Caisse d’Épargne
Oui : " Démographie et mobilité créent des opportunités et tirent les salaires " (Laurent Choain)
Il est clair que les cadres bénéficient aujourd'hui d'une forte dynamique du marché du travail liée à l'apparition de plusieurs facteurs. Démographiques, d'abord. Avec le départ en retraite des premières générations du baby-boom, et le vieillissement des effectifs, un appel d'air crée quantité d'opportunités. Et ce d'autant plus que les stratégies de croissance des groupes et même des entreprises moyennes, par l'internationalisation ou par l'entrée sur de nouveaux marchés, créent un besoin de talents distincts de ceux déjà présents en leur sein. 
La nouvelle dynamique du marché tient, ensuite, à l'élargissement des critères de recrutement. Dans le groupe des Caisses d'Épargne, comme dans d'autres secteurs, on voit bien que l'expertise technique est moins décisive qu'il y a dix ans, ce qui a créé une fluidité plus grande du marché du travail, et partant davantage de mobilité entre métiers et professions. Ainsi l'expérience des cadres se construit-elle aujourd'hui sur des métiers successifs dans une même entreprise ou bien auprès de plusieurs employeurs. Après quatre à cinq expériences professionnelles de nature différente dans une vie professionnelle, contre deux à trois il y a dix ans, les cadres d'aujourd'hui sont dès lors infiniment plus mobiles, polyvalents et, pour tout dire, qualifiés que leurs aînés. 
Cette double dynamique a donc tiré les salaires à la hausse. D'autant que les entreprises ont dû faire des efforts particuliers pour atténuer l'effet du passage à l'euro - avec des montants de rémunération divisés par six - et de l'inflation de certains postes. Dans la banque, les salaires des cadres ont ainsi quasiment doublé en dix ans.

François Dupuy, sociologue, auteur de « la Fatigue des élites » (« Rép. des Idées », Seuil)
Non : " Ils restent démotivés et déclassés : il faut repenser leur gestion " (François Dupuy)

L'amélioration du marché du travail des cadres n'a pas dissipé la fatigue d'une catégorie socioprofessionnelle qui, en trente ans, a vu sa situation relative se dégrader fortement. Pendant les trente glorieuses, un pacte tacite s'était noué entre les entreprises et leurs cadres : elles leur assuraient un statut, une bonne rémunération, et surtout une grande autonomie au travail. En contrepartie, ils se montraient fidèles, et surtout investis dans leur vie professionnelle. 
Or, avec l'adoption des modes de management et d'organisation imposés par la mondialisation, qui les a transformés en "chefs de projets transversaux", ils ont perdu leur autonomie. Et ce, tout en étant soumis à un suivi incessant de leurs performances individuelles, au moment où leurs résultats dépendaient autant des autres que d'eux-mêmes. 
Les fantastiques gains de productivité qu'ils ont réalisés en vingt ans n'ont guère été payés de retour : en 1975, un cadre gagnait 5 fois le salaire d'un ouvrier. Aujourd'hui, le rapport n'est plus que de 2,2 fois ! Résultat : les cadres se sont désinvestis émotionnellement de leur travail, et ne sont plus dévoués corps et âme à leur entreprise. Les quinquas se sont découragés, n'aspirant plus qu'à la retraite, quand les jeunes n'attendaient plus de l'entreprise que des ressources permettant de vivre ailleurs "la vraie vie". C'est dans ce contexte que sont arrivées les 35 heures, qu'ils se sont empressés d'exploiter pleinement. 
Pour l'heure, l'amélioration de la situation de l'emploi n'a rien changé, car les entreprises n'ont toujours rien fait pour modifier leur gestion des cadres. La prise de conscience n'est qu'embryonnaire. Tout reste à faire.

Le meilleur des mondes

Beaucoup d'embauches, peu de licenciements, une population qui a crû de 35 % en dix ans, et assez de pénuries de talents pour faire grimper les salaires. En clair, le marché est devenu le moyen de valoriser leurs compétences. Et ce, pour tous, car, remarque Philippe Vivien, DRH d'Areva : "Les entreprises ont enfin compris qu'elles devaient recruter et développer les compétences dans toutes les tranches d'âge." Bref, que rêver de mieux ? C'est le meilleur des mondes, celui du plein-emploi et de l'ascenseur social enfin réparé ! Enfin... presque. C'est du moins ce que disent les chiffres. Car la perception des intéressés n'est peut-être pas aussi radieuse, si l'on en croit le directeur général de l'Apec, Jacky Chatelain. 
Nos 3,2 millions de cadres du privé ont pris de plein fouet la révolution de ces vingt dernières années. Avec les regroupements d'entreprises, les lieux de décision se sont éloignés d'eux. Avec la montée de l'actionnaire-roi et la division du pouvoir qui en a résultée, ils ont perdu leur interlocuteur unique. Avec sa financiarisation, ce nouveau patron est devenu insaisissable. 
Pour eux, le visage du capitalisme n'a plus la stabilité de la figure du père : artisans de la productivité et de la création de valeur depuis vingt ans, ils sont aujourd'hui sans cesse jaugés, évalués, mesurés, non seulement pour ce qu'ils font, mais plus encore pour ce qu'ils sont, et pour leur capacité à s'entendre avec tout le monde. Et non seulement par leur chef, mais aussi par tous leurs collaborateurs. Vous avez dit le meilleur des mondes ?
VALÉRIE SEGOND
Journal
La Tribune - 19/02/08 - 887 mots

Publié dans Marché de l'Emploi

Partager cet article

Bienvenue à tous sur le site de Cadres Sans Frontières !

Publié le par Cadres Sans Frontières

Ce premier billet, qui nous l'espérons, en augure de nombreux autres, nous donne l'occasion de vous souhaiter une bonne et heureuse année 2008 !
 
Que va-t-il se passer pour CSF en 2008 ? Le redémarrage ? Oui ! Mais, comment ?
 
Nous avons été absents de longs mois, mais revenons aujourd'hui remplis d'énergie pour accomplir la mission qui est la nôtre depuis 10 ans : aider au retour à l'emploi des cadres internationaux.
 
Après les echecs de plusieurs demarches que nous avions engagées, puis les changements importants dans les activités professionnelles des membres de l'équipe qui ne nous laissent que peu de temps aujourd'hui, nous avons décidé de faire de CSF une structure légère mais dynamique, sans contrainte et conviviale.
 
Nous décidons aujourd'hui de jouer la carte "Réseaux" à 100%, et ne plus proposer d'accompagnement, que ce soit individuel ou collectif.
 
Nous remercions par avance tous les anciens membres qui repondront présents aux nouvelles activités de Cadres Sans Frontières et souhaitons la bienvenue aux nouveaux arrivants !
 
L'équipe

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9